Mosquée de Plaisir

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Articles Famille et Médias ! (partie 1)

Famille et Médias ! (partie 1)







Le thème d’aujourd’hui est la famille et les médias.


Ce sujet est d’une importance capitale dans ce que l’on appelle le bonheur de la famille musulmane. Lorsque l’on parle du choix du sujet, on dit que lorsque quelqu’un veut intégrer un groupe, lorsque quelqu’un veut rentrer dans votre famille, lorsque l’on a un nouvel ami, lorsque même on a une demande en mariage, tout le monde se lance dans une petite enquête de voisinage, on pose des questions, on cherche, car normalement une bonne famille n’accepte pas n’importe qui dans son foyer. C’est pour cela que même pour une demande en mariage, même si l’on connaît plus ou moins le frère ou bien la sœur, on fait des enquêtes, on pose des questions.


Et même comme ça avec ces enquêtes on a remarqué que beaucoup de nos frères, que ce soit des Imam ou bien des travailleurs sociaux, des médecins, ont remarqué qu’il y a beaucoup de problèmes qui ont touchés nos familles musulmanes de nos jours.   Et on a essayé de trouver certaines réponses, que ce soit dans le domaine du comportement, la manière de vivre, de parler, la manière de cohabiter et on a remarqué que l’on trouve souvent qu’autour du domaine du caractère, de la religion, de la pratique, il y a un intrus et si ce n’est pas plusieurs qui sont rentrés dans nos foyer, petit à petit mais on n’a pas fait d’enquête…


C’est ce que l’on appelle les médias. Les médias comme cela est dit dans le dictionnaire c’est un support de transmission massive de l’information , que ce soit la presse, la radio, la télévision, le cinéma, Internet…
Regardez combien d’invités (qui se sont autoproclamés invités) sont entrés dans nos demeures sans que l’on sache vraiment de quoi il s’agit, qu’est-ce qu’il y a derrière ces médias, pourquoi sont-ils entrés dans nos demeures, quel est le bénéfice d’avoir rajouté ces choses chez nous ?

En général quand on ajoute un ami parmi nous, on sait que l’on va avoir un bénéfice que ce soit du côté religieux, du côté social. Mais cette télévision, cet ordinateur, ces jeux vidéo, tous ces appareils qu’on a fait rentrés à la maison est-ce que l’on a pris la peine, - que ce soit nos parents ou bien nous même qui à présent avons notre épouse, nos enfants - d’étudier l’impact que pouvait avoir ce que l’on a fait rentrer dans nos demeures à long terme.  Parce que souvent, à court terme on ne remarque pas, on a de petites idées et tout dépend du jeune, tout dépend du musulman que l’on a en face.


Soit on a le musulman qui va pratiquer tout simplement, il va faire sa prière, quelques obligations et point à la ligne et puis on monte d’un petit degré et on va trouver celui qui a un peu plus peur pour sa famille et puis on monte un peu plus et on va trouver celui qui va rechercher et se poser des questions et là où il y a un aspect négatif, il l’élimine, il ne le laisse pas s’approcher de sa famille mais même dans les familles les plus pratiquantes des fois il y a un de ces médias qui est rentré et qu’on n’a pas pris la peine de bien décortiqué et ce à long terme.


C’est pour cela que lorsque l’on reconnaît qu’il y a un impact par rapport à quelque chose qui rentre chez nous et lorsque l’on reconnaît qu’il y a moyen d’avoir du positif et du négatif on vous demande alors de bien faire attention. Car toute chose qui va transformer une famille, un couple, une personne, adulte ou jeune, lorsqu’on est musulman, on a intérêt à réfléchir plutôt deux fois qu’une. Car certaines choses vont poncer votre caractère, vont entrer dans votre manière de réfléchir, de voir les choses et vont vous travailler, des fois même sans que vous ne le remarquiez.


Certains médias ne travaillent pas la personnalité d’une personne en une heure, une semaine, un mois, mais après plusieurs années ! Après plusieurs années, on s’aperçoit que la personne voit les choses, réfléchit d’une certaine manière ou a des réactions parce qu’elle a vu tel et tel émission ou Journal, elle a des jugements en fonction de ça et même des jugements sur ses propres frères ou sœurs musulmans et on remarque alors que la personne n’est plus régie par le Coran et la Sunnah mais au contraire, d’après ce qu’il voit, ce qu’il entend à gauche à droite.


On a remarqué que de nos jours, la télévision, et on n’a pas le choix - on n’a pas le choix c’est une drôle de phrase – pour certaines familles, elle fait partie intégrante du couple. S’il y a quatre murs et bien le cinquième c’est la télévision, s’il y a deux canapés, le troisième ce sera la télévision, s’il y a cinq enfants, le sixième ce sera la télévision, donc il y a toujours ce matériel qui est là, qui est présent avec nous. Même si on déménage et qu’il n’y a pas de place, insha Allah on ne le laisse pas, on le prend avec nous absolument.


Car c’est aussi une chose qui aide à faire passer le temps, à nous apporter des informations, à nous faire comprendre comment vivent d’autres civilisations. Il y a beaucoup d’excuses… Ca nous aide donc à beaucoup de choses que ce soit dans le domaine intellectuel, social, même moral, dans le caractère aussi car comme nous le verrons, certains pleurent parce que telle star est morte après une semaine d’agonie à l’hôpital alors que le frère palestinien qui meurt tous les jours ça ne le touche peut-être même pas…


Il peut même passer dans le salon et ne même pas remarqué qu’on a dit dans le Journal qu’il y a eu trois morts, ou dix morts…On ne fait même plus de différence, on n’a même plus de poils qui bougent si on entend que c’est des vieux, des mères, des petits enfants, des bébés…  Non, on passe…


Mais lorsqu’on s’assied pour regarder un film qu’on a parfois programmé depuis des semaines, et bien là on a des larmes qui coulent et on se dit « ce gars là il n’aurait pas dû mourir de cette manière ».  Et on voit des gens qui sont en train de pleurer pour un homme qui vient de toucher un cachet de plusieurs millions de dollars alors que toi tu n’as rien touché, au contraire, tu n’as eu qu’une tâche en plus dans ton cœur et tu as même peut-être pris une manière assez grave et négative de fonctionner par rapport à un matériel que tu as fait rentrer chez toi et à cause duquel tu ne sais même plus quand est-ce qu’il faut pleurer ou pas pleurer.


C’est une question assez grave et je voudrais que beaucoup d’entre nous la garde en tête et en parle même plus tard avec leurs enfants comme on en parlera insha Allah. Certains vous disent que « attention on vous connaît vous allez parler de tous ce qui est haram, pour vous "les barbus" tout est haram, tout ce qu’il a moyen de trouver de nouveau dans la société c’est directement haram, vous allez directement chercher la petite bête… »


Non ! Ce n’est pas comme cela que l’on fonctionne loin de là. Et Allah en est Témoin wa al-hamdulillâh, chaque personne lorsqu’elle interdit quelque chose ou bien la rend halâl ou bien met en garde c’est parce qu’il y a une démarche de penser à l’Au-delà, de penser qu’un jour ou l’autre on va rencontrer Allah  et qu’on sera questionnés.


C’est ça qui nous amène à réfléchir par rapport à la famille musulmane, par rapport à ce que l’on appelle les médias. Ca fait partie des sujets qui peuvent apporter soit le bonheur, soit le malheur dans les familles.


Donc il est opportun de l’étudier et pas pour penser qu’on doit toujours voir le choses soit positives soit négatives ou rester toujours soit du côté positif soit du côté négatif, au contraire… On sait que la télévision peut des fois apporter des renseignements dans le domaine de la presse, ce qui se passe dans le monde, des fois dans le domaine scientifique mais ce qui est drôle et on revient chez des scientifiques qui ne sont même pas musulmans qui vous disent qu’il y a très peu d’aspects positifs et beaucoup d’aspects négatifs.

Et ce ne sont pas les paroles d’un musulman et je l’ai reprise exprès. J’ai fait exprès de prendre toutes les informations que j’ai ici de chez des chercheurs, des psychologues, des pédagogues, des psychanalystes, tous les domaines scientifiques, qu’ils soient français, américains, des juifs … parce que je me suis dit que peut-être en faisant ça mes frères et sœurs, lorsque vous allez entendre que c’est « Jean-Jacques  qui a dit que », et bien on l’écoutera peut-être plus que lorsque c’est Muhammad qui le dit. Et souvent on a ce problème là car on « catégorise » trop la personne.


Donc dans ce travail peu de choses que vous allez entendre viennent d’un musulman mais ce qui fait plaisir c’est que l’on remarque que tout cela avait déjà été dit il y a plus de 1400 années au temps du Prophète  lorsque la Révélation est descendue et que l’on avait des Versets qui demandaient aux croyants de se protéger eux-mêmes et leur famille contre l’Enfer, ou bien d’autres Versets qui nous demandaient de baisser le regard. Vous allez voir ce sont de tous petits Versets où il y a l’ordre de baisser le regard pour l’homme et pour la femme, très petit mais vous allez voir que lorsque l’on parle des médias, ce petit Verset il prend un sens incroyable.

Il a une importance capitale même dans le bonheur du couple.


Ce que je vais dire à présent s’adresse tant aux jeunes qu’à nos parents insha Allah.

Premièrement, la télévision sert souvent à aider la personne à emmagasiner un tas d’informations. Et on le remarque lorsque l’on s’assied une heure ou deux heures combien d’informations entrent dans la tête d’une personne sans qu’il ait l’occasion de trier parce qu’il est en position comme on dit de « cadavre », passive, il est là couché, il ne bouge même plus et il avale ; tout ce qui vient comme information il l’emmagasine dans sa tête.


Deuxièmement, comment est-ce que nos parents gèrent ce que l’on appelle l’âge de la puberté chez leurs enfants, qu’ils soient garçons ou filles, lorsqu’ils sont assis devant la télévision et voient à longueur de journée des fois des publicités, des films, des séries ou des femmes sont dénudées… Et on le sait ça existe, on voit beaucoup de parties du corps apparaître alors que cet enfant est dans un âge où il commence à « bouillir », c’est quelque chose de tout à fait naturel, des chercheurs non musulmans le disent c’est là que l’on commence à comprendre pourquoi le garçon passe d’une fille à une autre, pourquoi sort-il en cachette avec plusieurs fille et des fois cette maladie touche même nos frères et sœurs en religion.

Et je vous donne un simple exemple : allez des fois en ville même à un moment où il y a école et vous allez voir comment nos jeunes sont assis sur des bancs ou bien dans des cafés, voyez de quelle manière ils se parlent, voyez leur attitude entre eux et vous verrez qu’entre eux et le monde animal il n’y a qu’une petite marche à franchir. Il n’y a aucune différence pratiquement.

Et on s’étonne de cela mais comme le disent ces chercheurs, allez voir ce qu’ils regardent à la télévision car ça joue sur le psychisme de la personne. Ca s’emmagasine et comme vous le savez dans l’être humain il y a « an-nafs », cette âme qui est là et qui tire la personne vers le mal et c’est ce qui fait que certaines scènes même furtives qu’il a vu vont jouer dans sa tête et vont le réfléchir des fois pendant des heures et des heures. Et lorsque le lendemain cet enfant va à l’école, il voit peut-être le même genre de fille qui est passée à la télévision, dans un certain état, et à ce moment-là nous les parents est-ce qu’on peut savoir si ça va jouer sur lui, si ça va l’attirer ou pas, si ça va le pousser ou pas à passer à l’acte, wa a’oudhou billâh.

Est-ce que l’on peut savoir si ça ne va pas changer toute cette éducation que toi son père ou toi sa mère vous lui aviez donnée dans le domaine de la pudeur, de baisser le regard etc etc.

Pour d’autres les médias ont joué sur le domaine de l’identification à autrui ; « qui est la star pour moi ? A qui est-ce que je voudrais ressembler.» Lorsque l’on pose cette question à un jeune qui n’a peut-être pas un bagage religieux, en général il va vous sortir d’abord le sport, le football. Il voudrait ressembler à Ronaldo ou autre. Certains mais peu nombreux vont vous sortir d’autres sports mais l’autre sport qui est le plus connu c’est le karaté … c’est la démolition, la force.

Et jamais, d’après mon expérience, lorsque j’ai demandé à un jeune de 16 ou 17 ans à qui est-ce qu’il voudrait ressembler il m’a répondu : « je voudrais ressembler à Mu’adh ibnu jabal ou alors à Omar ibnu khattab pour être très sérieux dans la religion». Tous voulaient ressembler à tel joueur ou tel autre pour l’argent ou les belles voitures …

On n’entend pas que les jeunes veulent ressembler à des sahabas et on peut même voir du côté de nos parents, est-ce qu’on les entend inculquer cela à leurs enfant ?

Leur enseignent-ils la vie des sahabas pour qu’ils prennent exemple dessus ? Un jeune si tu lui dis que tu vas lui parler d’un compagnon, c’est déjà comme si tu lui avais déjà déposé deux tonnes sur son dos. Il faut utiliser leurs mots. Le mot star il ne fait pas partie de notre vocabulaire en islam mais si tu appelles ton fils en lui disant « viens je vais te parler d’une grande star de l’islam », insha Allah il va s’asseoir plus facilement avec toi pour t’écouter. Même, tu peux lui raconter l’histoire d’un compagnon, sa vie, ce qu’il a fait mais sans donner son nom, là tu lui expliques et tu le rattaches bi idhnillâh à autre chose que ces star à lui…

Certains vous disent qu’ils ne connaissent plus la prière à son heure. Pourquoi ? Certains te disent c’est shaytan. Mais quand tu leur demandes de te décrire une de leur journée, tu t’aperçois qu’il n’y a pas une seule minute de lecture ou quoi que ce soit. C’est la télévision, Internet et on remarque que le musulman pendant des semaines, il peut commettre deux graves erreurs : la première c’est prier tous les jours en retard et la deuxième, ne peut-être jamais prier en groupe à la mosquée parce qu’il y a telle et telle émission que l’on ne doit pas rater. Et pire encore, il peut être des fois devant une scène à la télévision et tu ne te lèves pas pour prier parce que tu veux absolument attendre la fin de ton film.

Shaytan il te dit : « Real de Madrid contre Barcelone, c’est le dernier match de la saison et tu vas te lever pour aller prier à la mosquée alors que toute ta vie tu as prié en commun … C’est cette prière en groupe que tu vas rater qui va te faire rentrer en Enfer ???» Et shaytan devient savant pour toi à ce moment-là et il te donne des leçons et tu évites alors la prière en groupe.

Certains se plaignent notamment dans leurs études d’avoir un manque de concentration. Nous à notre époque et on avait aussi la tête un peu dure, quand on allait apprendre le Coran, le cheikh nous remplissait une planche écrit bien petit et si on commençait à 9 heures, masha Allah, vers 11 heures on avait appris. Un jeune d’aujourd’hui, tu lui demandes d’apprendre la sourate « Qul huwa llâhu ahad », il se tord en trois, sa bouche commence à se tordre, sa langue je ne sais pas où est-ce qu’elle colle, et il n’y arrive pas.

Mais si jamais tu l’observes en train de discuter avec un copain d’un film qu’ils ont vu, wAllahi, même certaines phrases ont été retenues par cœur, même certaines manières des acteurs sont retenues. L’un de mes oncles me racontait qu’au Maroc, lorsqu’ils étaient jeunes, lorsque le premier « Bruce Lee » est sorti au cinéma, premièrement il y a eu trois morts et deuxièmement les meilleurs ont essayé de sauter comme il faisait dans le film, du deuxième étage.

Donc on a cette faculté de retenir, on est très intelligent al-hamdulillâh, mais cette intelligence, cet outil que nous avons, nous ne l’avons pas bien gérée.

Et c’est pour cela que l’on retrouve ce problème chez beaucoup d’entre nous à l’école. Beaucoup de nos jeunes, n’arrivent pas à l’université.

Et soubhan Allah lorsque tu analyses et que tu décortiques dans sa jeunesse tu t’aperçois que l’on a pas pris la peine d’étudier le programme de l’enfant, combien de temps doit-il passer dans la lecture, dans le raisonnement, dans les études et on s’est satisfait de ce que l’on appelle les minutes.

Comme on entend encore maintenant et c’est grave quand les parents demandent à leur enfant s’il a lu un peu de Coran, il se lève en râlant et en pleurant, alors que c’est la parole d’Allah . Mais si tu lui allumes la télé et que tu lui dis que tu lui a ramené une belle cassette vidéo est-ce qu’il va se mettre à pleurer comme il fait pour le Coran ? Non. Donc il y a un problème là à étudier d’office. Quoi que l’on dise, c’est un problème qu’il faut étudier et dans lequel les médias ont beaucoup joué.

Certains aussi parlent de l’humeur, du caractère. Et c’est prouvé soubhan Allah. Un jeune a vu un film dans lequel il y avait une star qu’il aimait bien et dans le film, à la fin, l’acteur meurt mais bêtement. Et la tu rentres dans la pièce, tu salues le jeune tu lui demandes comment il va et là il te répond dégoûté « non ça va pas, me parle pas ».

Soubhan Allah, tu te demandes ce qui se passe, tu te dis que peut-être qu’il a raté une prière, peut-être qu’il a essayé de réviser le Coran et n’y arrivait pas … et tu lui demandes ce qu’il a il te dit : « y’a un film il m’a marqué soubhan Allah, le gars il est mort… » ! ça joue même sur le caractère du musulman.
On peut penser que c’est un détail mais non, a’oudhou billâh, un caractère qui fonctionne de cette manière là comment voulez-vous qu’il fonctionne devant l’impact que devrait avoir certains Versets du Coran ou bien des traditions du Prophète .

Donc on peut dire que la télévision a un potentiel à la fois positif et négatif mais beaucoup plus négatif que ce soit sur les enfants, les adolescents, et comme on le verra avec les parents aussi.


La suite prochainement insha Allah


Conférence du frère Rachid Haddach

 

Newsletter

En vous abonnant à notre newsletter, vous recevez directement par email les dernières mises à jours







Qui est en ligne ?

Nous avons 36 invités en ligne

Moteur de recherche

La mosquée de Plaisir

Venir à la mosquée

Tracez votre itinéraire jusqu'à la mosquée ...

Addresse :
Localité :
No Postal :
Pays :


Calendrier Hégire